Septembre: L’automne, une saison paisible !

Après une période transitoire entre l'été et l'automne, appelé "été indien", nous voilà à l'équinoxe de l'automne.  En fin septembre sur notre calendrier le soleil est au zénith, à l'équateur terrestre.
A cet instant précis, la durée de la nuit est égale à celle du jour partout sur le globe. Le phénomène a lieu deux fois par an, à l'automne et au printemps.

 

L’automne est une saison paisible et tranquille. Après l’effervescence de l’été, la nature amorce son mouvement vers l’intérieur.

L’énergie Yang continue de diminuer et descend à la terre, tandis qu’apparaît l’énergie Yin.

Paysage du sud-est en fin septembre, en période de sécheresse

En réaction aux conditions climatiques et à la diminution de la durée des jours, les arbres se préparent pour l’hiver.

Les feuillages se transforment, pour arborer des couleurs chaudes, résultat de l’arrêt de production de chlorophylle – principalement.

Puis les arbres modifient leur métabolisme. Ils perdent leurs feuilles, pour limiter les surfaces d’échange et ainsi réduire les fuites d’eau. Leur dégradation fertilise le sol pour nourrir à nouveau la végétation au printemps prochain.

La luminosité est plus « blanche ».

Les animaux préparent l’hiver ; Certains migrent vers des territoires plus chauds, d’autres préparent leur hibernation, d’autres encore s’organisent pour pallier au manque de nourriture de l’hiver.

La saison du poumon et du gros intestin

 

L’automne est le temps de l’intériorisation, l’énergie à un mouvement de l’extérieur à l’intérieur, et elle descend vers le terre : un mouvement Yin.

 

En énergétique chinoise, l’automne correspond à une entrée en puissance de l’énergie dans le poumon et le gros intestin qui sont les maîtres du jeu en cette période.

 

La fonction principale du poumon est d’inhaler l’air – appelé énergie pure, et d’exhaler l’impur – ce dont le corps n’a pas besoin. Cette fonction d’échange et de renouveau constant assure le bon fonctionnement de tous les processus physiologiques de l’organisme. Il est aussi le « brumisateur » du corps, réduisant en fine brume les liquides raffinées par la rate, pour les diffuser partout dans le corps, sous la peau.

 

Quant au gros intestin, sa principale fonction est de recevoir les aliments et liquides transmis par l’intestin grêle, de réabsorber une partie des liquides et de rejeter les déchets inutilisables.

 

Ces organe et viscère sont en interaction permanente: le poumon est le yin du gros intestin, le gros intestin est le yang du poumon.

 

Ils assurent tous les deux les échanges entre l’intérieur et l’extérieur.

 

Le poumon s’ouvre au nez, organe de l’odorat.

 

Comment être en harmonie avec notre rythme naturel en automne?  Quels enseignements tirer de la conception énergétique ?

Méridiens et densité

La grande majorité des méthodes énergétiques est conçue à partir de l’observation des astres, de la météorologie, des éléments naturels et de l’être humain. Bien que leur origine soit ancestrale, leurs observations, leur approche et leurs méthodes sont toujours actuelles.
 

L’être humain n’est pas un élément isolé de ce monde. Il y est intégré, en interaction perpétuelle avec chaque élément de son environnement. Par conséquent, tout comme la nature s’adapte au climat et saison, dans le corps s’opèrent des changements subtils à chaque saison. Nous n’avons pas la même énergie en été qu’à l’automne. Par exemple, le besoin naturel de sommeil est différent. L’énergie effervescente de l’été – très yang – rentre et devient plus paisible – yin.

 

Les modes de vie contemporains nous éloignent de la nature, mais nous observons – voire ressentons – toujours cette symbiose avec elle. En effet, même si le rythme de la vie sociale, socio-professionnelle a tendance à linéariser le temps, uniformiser le mode de vie, quelque soit la saison, nos besoins sont différents. Ce qui peut nous mettre en décalage, à contre rythme, nous fatiguer, et fragiliser notre auto-régulation naturelle.

 

Un déséquilibre énergétique en automne se manifeste principalement par une baisse d’énergie générale et d’une insuffisance de l’énergie protectrice de surface: le symptômes sont en lien avec le souffle, le nez, la gorge, la peau.

D'autres signes peuvent apparaitre: courbatures, douleurs, sensation de blocage ou de plénitude dans la poitrine, tensions et/ou douleurs sur le haut et bas du dos, dans les bras et autour des pouces, frilosité, ou aussi de paresse intestinale, constipation…

 

Au niveau psycho - émotionnel, le déséquilibre apparaît sous forme d’impression d’être surchargé de travail, manque d’énergie et de motivation, manque d’initiative et d’ouverture, anxiété et dépression.

 

 

Faites l’expérience de mettre vos ressentis et votre santé en priorité dans la « to-do list » !

Ecoutez-vos besoins !

Le soir, si les premiers signes de sommeil apparaissent (paupières lourdes, bâillements…), pourquoi chercher à veiller ?

 

Ralentissez dès que possible !

A l’automne, la priorité pour respecter le rythme naturel est

de respirer, dans la nature si possible,

de prendre du temps pour ressentir le calme,

de respecter son besoin de tranquillité, essentiel au maintien d’un esprit clair

de vivre ses émotions, les reconnaitre et les exprimer,

de prendre soin de soi pour s’assurer une bonne santé, avant que des symptômes n’apparaissent…

 

Si besoin, faites-vous accompagner par un thérapeute.

 

 

Cet article a pour intention d’éclairer sur le fonctionnement énergétique.

Il reste dans une approche globale à visée informative et n’a pas de prétention thérapeutique. Chaque individu est à envisager dans sa particularité.
L’accompagnement thérapeutique et énergétique tient compte de ces principes entre autres.